Mardi 14 janvier : rendez-vous à la Gaîté Lyrique, pour la projection du film « Notre monde », un « objet cinématographique non identifié », sorti de manière plutôt confidentielle le 13 mars 2013 et qui depuis tourne tout aussi discrètement sur les écrans français. Son réalisateur Thomas Lacoste était là et a présenté le projet derrière le film.

L’idée de départ était la suivante : réunir des intellectuels de tous les domaines (philosophes, anthropologues, sociologues, professeurs…) et leur demander d’échanger et de débattre ensemble afin de développer une pensée commune autour de notre monde. Pendant dix jours, ces « intellectuels », répartis par domaines de réflexion (démocratie, Europe, justice, féminisme, etc.), se sont prêté à l’exercice sous les caméras de Thomas Lacoste et de son équipe. Un exercice rendu particulier par le fait que chaque intervenant a été « capté » de façon très serrée et apparaît au public dans sa simple enveloppe d’humain. Thomas Lacoste a voulu filmer « des corps en train de penser », afin de rétablir la proximité et de sortir du rapport classique de la distribution des savoirs encore très présent dans notre société, celui dans lequel le savant/professeur conserve une position de domination, du haut de sa chaire, sur les apprenants. Estimant qu’un concept n’a aucune force s’il ne rencontre aucun affect, Thomas Lacoste a voulu abolir cette distance. Et ainsi bousculé des clichés.

Cliché numéro 1 : notre monde est en crise

Depuis quand dure la crise ? 2009 ? Ce ne serait pas plutôt 2002 ? On y était pas déjà en 1986 !? À 41 ans, Thomas Lacoste vit depuis sa naissance, comme tous les représentants des générations X et Y d’ailleurs, dans un monde en crise. Le terme de crise est tellement employé depuis quarante ans qu’il en est aujourd’hui galvaudé. Au-delà d’une crise, au-delà des clichés recyclés par les politiques comme les médias, Thomas Lacoste et bien d’autres parlent de « révolution civilisationnelle ». Ce terme présente l’avantage supplémentaire de nous rendre acteurs de cette évolution. L’objectif de ces échanges était bien de dire l’urgence de travailler et penser ensemble, quels que soient les désaccords, afin de vivre au mieux cette révolution.

Cliché numéro deux : les experts sont ennuyeux (pour ne pas dire ch—-)

J’avoue que quand j’ai décidé d’aller voir le film, j’ai hésité pour une raison assez basique : mon état de fatigue relativement avancé. J’avais peur de m’endormir sous les assauts d’un intellectuel jargonneux dont le discours me laisserait sur le côté de la route, je l’avoue🙂 Alors certes, les concepts et la terminologie employés ne m’étaient pas tous familiers. Certes, tous ces intervenants brillants ne parlent pas un langage « courant ». Malgré cela, j’ai trouvé ce film passionnant pour ce qu’il met en avant : des idées et des perspectives nouvelles et différentes, qui bousculent pour certaines nombre d’idées et d’opinions qui sont ancrées en nous depuis des années, en grande partie parce que les médias et un monde politique peuplé de techniciens et de bureaucrates nous en abreuvent.

Une idée

Un « objet cinématographique » précieux

En donnant un espace de parole libre à des experts qui ont pris le risque de descendre de leur piédestal et d’aller au bout de leur réflexion pour proposer des solutions tangibles, Thomas Lacoste a réalisé un film précieux, dont je sors en me sentant plus « éclairée »  et aussi plus optimiste. Je vous le recommande🙂 Vous pouvez consulter l’agenda des prochaines projections, ainsi que l’intégralité des enregistrements qui ont servi au film sur son site Internet. Mais je vous conseille de commencer, si vous le pouvez, par voir le film, qui les synthétise dans un format cinéma de deux heures, avant de prolonger et approfondir en sélectionnant des « bouts » sur le site. Bon visionnage !

PS : ceci étant mon espace de parole, je me permets de citer mes préférés : André Grimaldi sur le système de santé, Bastien François sur la responsabilité politique et l’idée d’une VIe république, Françoise Héritier sur l’égalité des sexes, Jean-Pierre Dubois sur l’égalité et la justice sociale, Eric Alt pour son explication sur la crise des subprimes… N’hésitez pas à revenir me dire les vôtres en retour !🙂

À propos de amchronicles

Traductrice, blogueuse et conspiratrice positive en soif de connaissances et de partage - A happy translator and positive blogger / tweeter / idea spreader :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s