Pour un changement de narration : le journalisme de solutions (1/2)

Si je vous dis « journalisme d’impact », « journalisme de solutions » ou « journalisme positif », vous voyez de quoi je veux parler ? Personnellement, j’ai découvert – et été séduite – par ce concept lors d’une présentation de Sparknews il y a quelque temps, mais j’ai mis du temps avant de réussir à le décrire de manière à peu près intelligible et surtout sans provoquer des regards ennuyés ou incrédules. Les termes « solutions » et « positif » n’ont pas bonne presse (excusez l’image facile 🙂 ) dans un paysage des médias mainstream plus souvent centré sur les problèmes et le sensationnel. Et pourtant, c’est un journalisme qui gagnerait à prendre plus de place.

Une journée mondiale du journalisme de solutions

Fondée en 2012 par Christian Boisredon, Sparknews est une entreprise sociale qui prône un journalisme dont le but est de mettre en lumière les solutions aux problèmes plutôt que les problèmes eux-mêmes. Elle promeut cette vision du journalisme sur ses plates-formes en ligne et, depuis deux ans, à travers une journée mondiale, l’« Impact Journalism Day » (IJD) : ce jour-là, fixé au 20 juin à partir de cette année, les rédactions de grands journaux du monde entier publient un numéro spécial solutions. Les dossiers et articles publiés proviennent d’un « pot commun » de contenus regroupés en amont par Sparknews auprès de chacune des rédactions, ou créés directement par ses équipes, dans lequel chacune peut opérer sa propre sélection pour compiler l’édition du jour. Au nombre de 22 en 2013, ils étaient 47 journaux à collaborer cette année. Une belle réussite dont une grande partie des responsables de rédaction et les équipes de Sparknews ont fait le bilan le lundi 8 septembre, en marge du Forum Mondial Convergences à Paris.

Media night 1

Les partenaires médias et sponsors de l’IJD

Le défi
Scepticisme, défiance face à une approche qui pourrait s’apparenter à faire de la propagande positive ou à un journalisme jugé pas sérieux : quel que soit leur pays ou leur lectorat, la majorité des responsables de rédaction qui ont travaillé sur l’Impact Journalism Day ont connu les mêmes hésitations et difficultés pour comprendre le projet au tout début. Au final, les quelque trente rédacteurs en chef qui étaient venus à Paris pour cette Media Night ont tous témoigné, certains avec émotion, de leur satisfaction et de leur volonté de poursuivre une aventure qui les a conduits à changer radicalement leur manière de travailler.

Les raisons d’être du journalisme de solutions
Pourquoi changer de journalisme alors que les gens continuent d’acheter et de lire les journaux conventionnels ? Pour remplir son rôle de journaliste : raconter des histoires qui inspirent et permettent aux gens de trouver des modèles, ne plus [uniquement] les indigner, mais les pousser à agir (dixit Lova Rabary-Rakotondravony, rédactrice en chef de L’Express de Madagascar). En s’appuyant sur un principe simple : pour s’approprier les solutions et les appliquer, les gens ont besoin de savoir qu’elles existent.

En modifiant leur façon de travailler pour aller rechercher des solutions à mettre en avant pour l’IJD, les journalistes ont pu découvrir que des gens agissaient sur le terrain (Glenda Estrada, El Heraldo, Honduras) et pu à eux tous compiler plus de 100 sujets différents. En ligne ou au format papier, les journaux sont d’excellents vecteurs de diffusion des solutions et des bonnes idées (Michalis Tsintsinis, TA NEA, Grèce), tant auprès des individus que des entreprises : ainsi, plusieurs solutions mises en avant à l’occasion de l’IJD ont été reprises et adaptées dans d’autres pays. Des entreprises telles que Total, partenaire « énergie » de l’Impact Journalism Day, qui opèrent dans de nombreux pays mais n’ont pas les moyens de déployer des outils partout pour s’informer et localiser les bonnes pratiques et solutions à l’échelle locale, sont également très demandeuses d’un journalisme qui se révèle un puissant outil de veille.

Journalisme de solutionsLe bilan et la suite
L’Impact Journalism Day 2015, c’était 47 grands journaux, 104 dossiers solutions diffusés, 120 millions de lecteurs, 22 millions de personnes touchées sur les réseaux sociaux ; l’après, ce sont des rubriques solutions régulières qui ont fait leur apparition dans plusieurs journaux (Tages Anzeiger, Le Figaro, La Regione Ticino), des collaborations qui se poursuivent hors-cadre (comme celle entre le Belge Le soir et le Marocain L’économiste en vue d’un dossier sur la vie des immigrés marocains en Belgique), et cinquante titres qui se sont déjà engagés à participer à l’édition 2016 : ces chiffres attestent de la réussite de l’Impact Journalism Day et, au-delà, d’un journalisme plus positif et axé sur les solutions. Un journalisme que tous les responsables de rédaction présents à la soirée souhaitent inscrire dans la continuité.

Comment encourager le journalisme de solutions ?
En l’achetant, en le consommant, en le relayant ! Au-delà des grands journaux partenaires de l’IJD, il existe bien sûr d’autres médias positifs qui travaillent à une narration différente et constructive. Dont je parlerai dans le deuxième article de la série 🙂

Vous prendrez bien quelques extras ?
Un lien vers une vidéo (en anglais) de présentation de Sparknews : https://youtu.be/j01JFMlzOZQ
Impact Journalism Day 2015 : http://www.sparknews.com/fr/node/4656

Alternatiba, mouvement citoyen en co-construction

Au départ, Alternatiba est un mot basque qui signifie « alternative ». Depuis fin 2013, quelques irréductibles sont parvenus à le faire entrer dans la langue française, pour lui donner deux nouveaux sens. Explication de texte 🙂

 

Alternatiba comme Village des initiatives

Alternatiba est le nom que ses bâtisseurs ont donné au premier village des initiatives, un village éphémère organisé en octobre 2013 à Bayonne dont l’objectif était de mettre en avant, de manière à la fois ludique et pédagogique, des solutions alternatives locales au dérèglement climatique. Des solutions à l’échelle humaine pour recycler, réutiliser, cultiver « plus propre », réduire ses déchets, mieux consommer… que les visiteurs auraient la possibilité et les moyens d’appliquer directement en rentrant chez eux, après les avoir testées en vrai sur le village.

 

Alternatiba comme Mouvement citoyen

Le succès de cette première manifestation, qui a attiré plus de 12 000 personnes, a sonné la naissance du mouvement Alternatiba. Afin de le faire grandir et essaimer, les organisateurs ont compilé et mis à la disposition de tous un kit méthodologique dont tout groupe de personnes motivées peut se servir afin d’organiser son propre village des alternatives sur son territoire. C’est sur les bases de ce kit qu’une soixantaine de groupes Alternatiba se sont créés entre la France, l’Espagne, la Suisse et la Belgique : plusieurs villages ont eu lieu sur l’année 2014, dans des territoires aussi disparates que Bordeaux ou Saint-Noiff (dans le Morbihan).

 

La suite ?

En 2015, l’ambition du mouvement international Alternatiba est de se multiplier et se démultiplier, afin de communiquer de manière positive et constructive sur les solutions que chacun, petit colibri, peut mettre en place à son niveau. Cette communication se fera à deux échelles différentes : à l’échelle globale, à travers le Tour Alternatiba, un tour cycliste d’un genre nouveau qui a été financé grâce à une campagne de financement participatif. Ce tour sera réalisé sur un vélo quatre places qui parcourra 5 000 kilomètres, entre Bayonne et Paris, et fera chaque jour deux étape à des endroits différents, afin de communiquer et de mobiliser les gens autour de la COP21 et du dérèglement climatique. À l’échelle locale, à travers les nombreux villages des alternatives qui sont en co-construction ou à co-construire : le Tour Alternatiba se clôturera le 26 septembre, dans ce qui sera le plus grand village Alternatiba de l’année, celui de Paris.

 

A nous de jouer !

Elle est magnifique cette carte, vous ne trouvez pas ? 🙂 Si mon explication de texte vous a convaincu, je ne peux que vous encourager à aller visiter le site d’Alternatiba afin de trouver le groupe le plus proche de chez vous ou de voir comment vous pouvez créer le vôtre, pour participer au mouvement. Car pour continuer de grandir et d’essaimer, Alternatiba recherche des volontaires prêts à donner de leur temps : que ce soit pour accueillir les cyclistes du Tour Alternatiba, diffuser les informations sur les réseaux sociaux ou participer à la co-construction d’un futur village, les possibilités de donner un « Coup2Pouce » ne manquent pas !

Vous êtes sur Paris ou région parisienne ? N’hésitez pas à venir à l’Alternatibar qui aura lieu demain à partir de 19h30 à La Cantine, 5 Place du Colonel Fabien. Si vous êtes dans une autre région, toutes les infos sont là : https://alternatiba.eu/.

En quête de sens, un film de sourires

C’est l’histoire simple de deux potes d’école qui se retrouvent dix ans après avoir quitté les bancs de l’école : le premier, Nathanaël Coste, est réalisateur de documentaires sur la mondialisation ; l’autre, Marc de La Ménardière, est business developer dans une multinationale. Autant dire que les deux amis trouvent peu de sujets de discussion communs. Jusqu’à ce que Marc ait une prise de conscience et décide de tout plaquer pour partir avec Nathanaël à travers le monde. Leur but : découvrir le monde sous un œil neuf, afin de lui redonner du sens et de comprendre d’où le changement, dont ils ressentent le besoin au fond d’eux, doit venir. Le film issu de ce « road-movie » est sorti le mercredi 28 janvier.

 

citation-michel-quoist-58382

Il n’y a pas à dire : ce film donne la patate ! Comment ? Par les sourires qu’il contient.

Le sourire contagieux de ses deux réalisateurs, et surtout de Marc, pour qui ce voyage était vraiment une immersion dans un univers totalement inconnu. Un sourire à la fois ingénu et enthousiaste. Par leur fraîcheur et leur jeunesse (le mot est lâché), Nathanaël et Marc ont fait un film qui a du sens, et aussi le potentiel de toucher et convertir un public (je l’espère) plus nombreux.

Le plus grand sourire du film, c’est celui de toutes les personnes que les deux réalisateurs ont rencontrées et interviewées : toutes s’expriment avec un sourire qui, loin de l’ingénuité de Marc, est celui d’une grande sagesse. Une sagesse tirée d’années de réflexion et de recherches dans leur domaine de connaissance, et qui les a amenées à dresser la même conclusion, qu’elles soient scientifiques (Bruce Lipton), philosophes (Pierre Rabhi, sur qui j’avais écrit ), psychologues (Cassandra Vieten), chamanes ou militants altermondialistes (Vandana Shiva, une grande dame) : la nécessité d’un changement de civilisation, un changement qui doit venir de chacun. On est très loin du ton moralisateur trop souvent associé aux messages sur la transition écologique et le changement : ça fait du bien, et ça fait sens aussi.

Il y a un troisième sourire dans ce film : le sourire pluriel des quelque 963 « crowdfunders » qui ont contribué à sa post-production et permis à ce film de prendre vie et de pouvoir être diffusé aujourd’hui. Leurs noms apparaissent à la fin du générique du film. J’ai trouvé le défilé des noms sur l’écran, scruté attentivement par les coprods présents dans la salle, assez impressionnant 🙂

 

Le seul « grief » que j’ai contre le film, c’est que je l’ai trouvé trop court ! J’aurais voulu en entendre et en voir plus, mais j’imagine aussi combien il a dû être difficile de le monter… Et je comprends qu’il était sans doute indispensable de limiter sa durée. Depuis mercredi, ses deux auteurs ont commencé un petit tour de France pour le présenter dans des salles de cinéma indépendantes… Maintenant il s’agit de le relayer et de faire suffisamment de bruit pour qu’il puisse être projeté dans plus de salles. Tout le monde peut participer et proposer d’organiser sa propre projection. A vous de jouer 🙂

 

Le site du film : http://enquetedesens-lefilm.com/

La programmation : http://enquetedesens-lefilm.com/projections/

La page de la campagne du film : https://www.touscoprod.com/fr/enquetedesens

Une interview de Vandana Shiva en bonus : http://www.bastamag.net/Vandana-Shiva-Le-libre-echange-c

 

 

 

Bac à sable et boule(s) de neige

BeeoTop est un tiers-lieu ouvert début 2014 à Clichy à l’initiative de l’assureur Generali qui, outre un petit espace de coworking, héberge sur un mode permanent une vingtaine d’organisations sociales. Son but est de favoriser les échanges pour fédérer une communauté d’acteurs de l’engagement sociétal. Un lieu parfaitement approprié pour accueillir la Up Conférence du jeudi 15 janvier, à laquelle participait Than Nghiem. Le travail de Than Nghiem ? Accompagner des projets d’utilité générale dans le domaine du développement durable, un peu partout dans le monde. Son point particulier ? Elle applique une méthodologie innovante fondée sur les principes de l’open source : bac à sable et boule de neige.

 

Bac à sable

Than Nghiem prend en compte trois critères pour sélectionner les projets sur lesquelles elle travaille : l’envie et l’implication des porteurs de projet d’une part ; sa capacité à les aider d’autre part. Une fois, le projet sélectionné, il s’agit de trouver des experts (les « zèbres ») prêts à consacrer un peu de temps pour appliquer leurs compétences afin de faire avancer le projet. Elle offre à ces porteurs de solutions un « bac à sable » dans lequel ils peuvent se mélanger et « bidouiller » sans aucune règle. Un principe de développement décrit par Eric Raymond, inventeur du concept de l’open source, dans l’essai « La cathédrale et le bazar » en 1999.

collaborative problem solving

L’ingéniosité collective au travail (photo prise à l’exposition Wave)

 

Ce travail peut prendre la forme de hackatons, réunissant sur une période courte mais intense des experts prêts à faire avancer le projet, ou sur un plus long terme, de programmes de « fellowship », des bourses octroyées à des étudiants pour des périodes de trois ans afin de leur permettre de travailler au développement de projets sans entraves financières.

 

Boule de neige

Après le projet, l’objectif (et la beauté) de l’open source est de faire jouer l’effet « boule de neige » : l’idée est mettre à la disposition de tous le fruit de l’intelligence collective afin de permettre sa réplication n’importe où. Une fois un projet achevé avec succès, on regarde toutes les pratiques qui ont marché et on les diffuse, afin que d’autres puissent les « hacker », c’est-à-dire les appliquer directement à d’autres projets. C’est ce qui s’est passé et continue de se passer avec le projet Bedzed, auquel Than Nghiem a contribué. Cet écoquartier construit dans une banlieue de Londres il y a quelques années présente la particularité d’afficher un bilan carbone zéro. Aujourd’hui, il compte plusieurs répliques au Royaume-Uni et dans le reste du monde.

Autre illustration en France, Than Nghiem a participé au projet qui a vu la renaissance de la commune de Loos-en-Gohelle : cette ville située dans un bassin minier et qui était dans un état critique il y a quelques années est aujourd’hui un site de référence en matière de développement durable. Désignée comme « ville pilote d’interprétation du développement durable », elle devrait même faire l’objet d’une visite des dirigeants internationaux qui viendront en France en Décembre, à l’occasion de la COP21.

 

Conclusion : soyons barbares !

blog chiado_work scene

En plus d’être une hackeuse, Than Nghiem est aussi une « barbare » : elle fait partie du collectif des cent barbares, un mouvement né début 2014 dont le mot d’ordre est de s’introduire dans les citadelles et bunkers, partout où il y a des problèmes, afin de travailler directement à les résoudre. Une innovation de type open source qui prône la bienveillance et une société plus ouverte, dans un manifeste publié (et modifiable par tous bien entendu J) ici. Un mouvement appelé (je l’espère) à essaimer et grandir !

Pour en savoir plus

Le livre de Than Nghiem : Des abeilles et des hommes : passerelles pour un monde libre et durable

Le manifeste des 100 barbares : http://bit.ly/15DN1eX

Le site de BeeoTop : http://www.beeotop.org/

Le site des Up conférences : up-conferences.fr/

Last but not least… Le site du prochain OuiShare Fest (en mai !) : http://2015.ouisharefest.com/

Nous sommes tous des arbres !

La Up Conférence de la semaine dernière au Café Mondes et Médias, avec Nicolas Métro, a attiré beaucoup de monde, entrepreneurs sociaux et autres curieux (dont je faisais partie). Au programme : métro, boulot, idéaux. Mais aussi de l’éthique. Et des arbres !

Savez-vous ce qu’est un baobab ? C’est un arbre géant majestueux, qui pousse pendant des siècles et étend ses ramifications haut dans le ciel. Selon Nicolas Métro, nous naissons tous baobabs, des rêves et de grandes ambitions plein la tête. Puis, sous l’effet de notre éducation, puis des conventions, nous oublions nos rêves de grandeur pour nous ratatiner… à l’état de bonsaïs. Formatés, conformes, tous un peu pareils. Un jour, Nicolas Métro s’est senti trop à l’étroit dans sa carrure de bonsaï, et il a ressenti le besoin de redonner du sens à sa vie. Aujourd’hui, plusieurs virages et douze ans plus tard, il l’a trouvé dans l’entreprise sociale qu’il a fondée, Kinomé.

Les baobabs, ces géants

Le baobab, ce géant

Kinomé, qui signifie « œil de l’arbre » en japonais, est la synthèse des deux « piliers » qui donnent son sens à la nouvelle vie professionnelle de Nicolas Métro : les arbres, pour lesquels il entretient une passion (en particulier les baobabs), et l’éthique. Plus précisément, Kinomé est une entreprise qui agit en faveur de la reforestation dans le monde, à travers le mouvement Forest & Life. Si elle n’est pas le premier acteur dans le domaine de la reforestation, elle se distingue par son approche éthique, centrée en premier lieu sur l’être humain.

C’est quoi, une approche éthique « centrée sur l’être humain » ?

Développons. Basiquement, au moment de l’étude d’un projet de reforestation, les experts de Kinomé tentent de répondre à la question suivante : comment transformer le problème de départ (le besoin de replanter des arbres) en solution aux problèmes propres à l’emplacement choisi, et surtout aux personnes qui y résident ? La forêt est indispensable à la vie : les êtres humains dépendent d’elle pour boire, manger, se soigner. Malheureusement, cet état de connaissances et les alertes les plus sérieuses n’ont pas suffi et ne suffiront pas à enrayer un phénomène de déforestation qui touche tous les pays du monde. D’autant que le plus souvent, la déforestation répond elle aussi à des besoins parfois impérieux : dans les pays en voie de développement, la forêt laisse souvent la place à des cultures vivrières ou est utilisée en tant que source de chauffage, voire comme combustible. Comment convaincre les personnes d’agir autrement ?

Kinomé prend le contre-pied des messages et morales habituels et démontre comment la forêt peut améliorer la vie dans le village ou la zone géographique spécifique où un projet de reforestation est à l’étude. En inversant la problématique, en remettant l’être humain et ses besoins fondamentaux au cœur du projet de reforestation, elle peut ainsi obtenir l’adhésion de tous les acteurs, entreprises, institutions et communautés, concernés, donc la réussite du projet. Cette approche éthique gagnerait sans doute à être répliquée dans d’autres domaines… Qu’en pensez-vous ?

Nicolas Métro a publié un livre, dans lequel il décrit son parcours et donne des pistes pour aider chacun à trouver sa propre voie et redevenir baobab, « Qu’est-ce qui te ferait danser de joie ? ». Un titre bien trouvé  pour un beau projet 🙂

Pour en savoir plus

Le site des Up conférences : http://up-conferences.fr/

Le site de Kinomé : http://kinome.fr/

Le livre de Nicolas Métro : Qu’est-ce qui te ferait danser de joie ?

Et, en bonus, la vidéo d’une présentation donnée par Nicolas Métro lors d’une conférence TEDX : http://www.youtube.com/watch?v=NRy7VibovZk

 

Notre monde : un film-documentaire-débat à voir et à diffuser

Mardi 14 janvier : rendez-vous à la Gaîté Lyrique, pour la projection du film « Notre monde », un « objet cinématographique non identifié », sorti de manière plutôt confidentielle le 13 mars 2013 et qui depuis tourne tout aussi discrètement sur les écrans français. Son réalisateur Thomas Lacoste était là et a présenté le projet derrière le film.

L’idée de départ était la suivante : réunir des intellectuels de tous les domaines (philosophes, anthropologues, sociologues, professeurs…) et leur demander d’échanger et de débattre ensemble afin de développer une pensée commune autour de notre monde. Pendant dix jours, ces « intellectuels », répartis par domaines de réflexion (démocratie, Europe, justice, féminisme, etc.), se sont prêté à l’exercice sous les caméras de Thomas Lacoste et de son équipe. Un exercice rendu particulier par le fait que chaque intervenant a été « capté » de façon très serrée et apparaît au public dans sa simple enveloppe d’humain. Thomas Lacoste a voulu filmer « des corps en train de penser », afin de rétablir la proximité et de sortir du rapport classique de la distribution des savoirs encore très présent dans notre société, celui dans lequel le savant/professeur conserve une position de domination, du haut de sa chaire, sur les apprenants. Estimant qu’un concept n’a aucune force s’il ne rencontre aucun affect, Thomas Lacoste a voulu abolir cette distance. Et ainsi bousculé des clichés.

Cliché numéro 1 : notre monde est en crise

Depuis quand dure la crise ? 2009 ? Ce ne serait pas plutôt 2002 ? On y était pas déjà en 1986 !? À 41 ans, Thomas Lacoste vit depuis sa naissance, comme tous les représentants des générations X et Y d’ailleurs, dans un monde en crise. Le terme de crise est tellement employé depuis quarante ans qu’il en est aujourd’hui galvaudé. Au-delà d’une crise, au-delà des clichés recyclés par les politiques comme les médias, Thomas Lacoste et bien d’autres parlent de « révolution civilisationnelle ». Ce terme présente l’avantage supplémentaire de nous rendre acteurs de cette évolution. L’objectif de ces échanges était bien de dire l’urgence de travailler et penser ensemble, quels que soient les désaccords, afin de vivre au mieux cette révolution.

Cliché numéro deux : les experts sont ennuyeux (pour ne pas dire ch—-)

J’avoue que quand j’ai décidé d’aller voir le film, j’ai hésité pour une raison assez basique : mon état de fatigue relativement avancé. J’avais peur de m’endormir sous les assauts d’un intellectuel jargonneux dont le discours me laisserait sur le côté de la route, je l’avoue 🙂 Alors certes, les concepts et la terminologie employés ne m’étaient pas tous familiers. Certes, tous ces intervenants brillants ne parlent pas un langage « courant ». Malgré cela, j’ai trouvé ce film passionnant pour ce qu’il met en avant : des idées et des perspectives nouvelles et différentes, qui bousculent pour certaines nombre d’idées et d’opinions qui sont ancrées en nous depuis des années, en grande partie parce que les médias et un monde politique peuplé de techniciens et de bureaucrates nous en abreuvent.

Une idée

Un « objet cinématographique » précieux

En donnant un espace de parole libre à des experts qui ont pris le risque de descendre de leur piédestal et d’aller au bout de leur réflexion pour proposer des solutions tangibles, Thomas Lacoste a réalisé un film précieux, dont je sors en me sentant plus « éclairée »  et aussi plus optimiste. Je vous le recommande 🙂 Vous pouvez consulter l’agenda des prochaines projections, ainsi que l’intégralité des enregistrements qui ont servi au film sur son site Internet. Mais je vous conseille de commencer, si vous le pouvez, par voir le film, qui les synthétise dans un format cinéma de deux heures, avant de prolonger et approfondir en sélectionnant des « bouts » sur le site. Bon visionnage !

PS : ceci étant mon espace de parole, je me permets de citer mes préférés : André Grimaldi sur le système de santé, Bastien François sur la responsabilité politique et l’idée d’une VIe république, Françoise Héritier sur l’égalité des sexes, Jean-Pierre Dubois sur l’égalité et la justice sociale, Eric Alt pour son explication sur la crise des subprimes… N’hésitez pas à revenir me dire les vôtres en retour ! 🙂

Bonjour demain !

Non, ce n’est pas une formule de bonne année ! Bonjour demain, c’est simplement le nom bien trouvé d’un événement organisé le 8 décembre dernier, dont l’objectif était de réunir des personnes de tous horizons pour explorer l’avenir. L’occasion de voir de belles choses, le NUMA… et Bernard Werber ! 🙂

Ingénieurs, créatifs, étudiants, ils ont été une cinquantaine de volontaires à relever le défi du jour : imaginer et élaborer, en équipe et avec l’aide de professionnels (prospectivistes, architectes, graphistes), la présentation d’une innovation technologique réalisable à l’horizon 2030. Chaque équipe a ensuite présenté son projet le soir-même, avec supports multimédias à l’appui, à un public intéressé (me comprenant) et à un jury présidé par Bernard Werber. Pourquoi Bernard Werber ? Parce que le projet Bonjour demain ! est une déclinaison, en format court, du projet de l’Arbre des possibles qu’il a initié : un site Web interactif et collaboratif sur lequel les internautes peuvent créer leurs propres scénarios sur la base de leurs visions de l’avenir. Une « exploration des futurs possibles de l’humanité par les générations actuelles ». Un programme séduisant pour une soirée réussie !

Les thèmes de l’exploration

Résultats de l’exploration du jour

Dans l’ensemble, tous les projets ont été présentés avec passion et talent. J’ai été épatée par les efforts de recherche et surtout le réalisme de toutes les innovations proposées : chaque équipe s’est appuyée sur des technologies existantes pour imaginer ce qu’elles permettront de réaliser d’ici à 2030. Au final l’éventail des innovations proposées était aussi multiple que les profils des « explorateurs » du jour. Je trouve d’ailleurs toujours intéressant de constater les différences de vision entre les représentants de la génération Y et les autres. Des différences qui étaient visibles dans les réactions face aux différents projets : personnellement, j’ai préféré le projet du système de photosynthèse artificielle (un système dans lequel le CO2 est réutilisé comme source d’énergie) à celui du casque de stimulation magnétique transcrânienne. Née à la fin des années 70 et lectrice des nouvelles paranoïaques de Philip K. Dick, j’avoue éprouver beaucoup plus de réticences face aux projets de réalité augmentée que les plus jeunes 🙂

Dans le rayon des projets originaux mais moins « tangibles », il y avait le concept d’ « habitalib », un système de capsules « mouvantes » que des personnes en transit en ville pourraient louer à la manière d’un Vélib’ et qui seraient personnalisables en fonction de l’utilisateur. Le « SOMA », pour « Système Optimal de Mesures Avancées », un projet de T-shirt médical équipé de plein de capteurs qui permettrait au médecin de recevoir automatiquement des informations sur la santé d’un patient nécessitant un suivi particulier, a aussi été très bien accueilli.

La soirée est passée très – trop – vite et j’ai regretté que les équipes n’aient eu que peu de temps pour répondre aux questions et objections du public et des membres du jury. Ce bémol mis à part, bravo aux organisateurs qui ont mis sur pied un bel événement, et aux explorateurs dont la conviction faisait plaisir à voir !  Je pense qu’il serait intéressant de reproduire l’exercice sur plusieurs jours… A voir s’il y aura une suite. Pour en savoir plus, je vous invite à visiter le site du projet. Les étudiants d’une autre école parisienne, l’ECE Paris École d’ingénieurs, organisent leur première conférence TEDX ce samedi 11 janvier, sur un thème connexe. Le sujet : Et si la science-fiction avait raison ? Une occasion de poursuivre la réflexion en passant en revue les « futurs possibles » des générations qui nous ont précédées. Sur ces belles perspectives, je vous souhaite une bonne année pleine de découvertes 🙂

Site de l’Arbre des possibles : http://www.arbredespossibles.com

Site de la conférence TEDX de l’ECE Paris : http://www.tedxece.com/

L’innovation Jugaad, ou comment faire mieux avec moins

Qui n’a pas entendu ou lu quelque chose sur l’innovation frugale cette semaine ? C’est simple, le sujet était partout ! Pour satisfaire ma curiosité, je suis allée voir une Up Conférence organisée avec LE théoricien du sujet à la Bellevilloise. A la clé, des échanges très intéressants, plus éclairants que tous les articles parus cette semaine. Voilà ce que j’ai retenu.

Il ne faut pas dire innovation frugale…

… Mais innovation Jugaad. Mince, pour une fois qu’on avait trouvé une traduction française… ! Las, si le terme « frugal » est à la mode et devrait être encore longtemps utilisé, comme toute traduction incorrecte qui se respecte, Navi Radjou a avoué ne pas en être adepte. La raison ? Il la trouve trop réductrice par rapport au concept d’« innovation Jugaad ».

Explication

Le mot « Jugaad » vient du hindi. L’innovation Jugaad désigne la capacité à improviser une solution frugale dans des situations difficiles. Pour développer, l’innovation Jugaad compte trois piliers : la frugalité, qui est donc l’un de ses aspects, la flexibilité de l’esprit et la dimension inclusive.

La rareté ou la raréfaction des ressources partout dans le monde fait de la frugalité un aspect essentiel et de plus en plus incontournable. Petit à petit, les gens, les entreprises, les états doivent et devront faire avec moins. En l’occurrence, le but de l’innovation Jugaad est même de faire MIEUX avec frugalité.

Ce besoin de frugalité implique d’invoquer le deuxième pilier de l’innovation Jugaad, à savoir la flexibilité de l’esprit : une flexibilité synonyme d’ingéniosité, celle qui permet de sortir des sentiers battus pour penser non plus en termes de résolution de problèmes, mais de réponse à un ou plusieurs besoins. Vous voyez la nuance ? Oui je sais, j’ai eu un peu de mal 🙂 Mais sachant que l’être humain moyen quitte l’âge « ingénieux » vers onze ans, évidemment la tâche est d’ampleur.

Le troisième pilier de l’innovation Jugaad, lui aussi intimement lié aux deux autres, est sa dimension inclusive. L’innovation Jugaad a pour objectif de bénéficier, d’apporter de la valeur à une communauté.

« Quoi de neuf sous le soleil ? »

C’était la réaction de plusieurs personnes dans le public mardi, lesquelles avaient pour point commun… de ne pas être françaises, ni européennes 🙂 Car si en France le concept fait figure de grande nouveauté, je vous annonce si vous ne le saviez pas encore que Navi Radjou n’a rien inventé ! Il a simplement posé par écrit un mode de fonctionnement et de pensée qui existe déjà depuis des temps immémoriaux dans de nombreuses communautés. On le retrouve plutôt dans des pays (ou des régions) émergents où les habitants, contrairement à ceux des pays « développés », connaissent intimement et historiquement le concept de… frugalité. Mais enfin que l’on choisisse de parler d’innovation Jugaad, de zizhu chuangxin (son nom chinois), de gambiarra (Brésil), de Do-It-Yourself (un concept américain un peu plus connu ici), d’innovation frugale ou de système D… Il me semble que le principal est ailleurs. 🙂

Le livre de Navi Radjou (version originale)

Le livre de Navi Radjou (version originale)

La vraie nouveauté pour laquelle prêche Navi Radjou, c’est de diffuser ce concept sur une grande échelle, en dehors des cercles habituels, généralement familiaux ou locaux. Principaux agents de cette transformation : les entreprises et les états.

Les entreprises doivent développer une nouvelle logique et se recentrer sur la valeur qu’elles souhaitent apporter aux consommateurs de leurs produits ou services. Le vrai défi actuel consiste à proposer des solutions qui, tout en étant plus simples et économes, n’en ont pas pour autant une valeur moindre par rapport à celles qui les ont précédées. Une véritable gageure pour des experts habitués à faire plus dans la complexité que dans la simplicité… ou la frugalité. Pour vous en convaincre, demandez-vous combien de ces super-produits du quotidien vous n’utilisez qu’à 10 ou 20 %, peut-être 30 % de leurs capacités ? Leur accorderiez-vous moins de valeur si ils répondaient simplement à tous vos besoins ?

Pour les états-providence, l’enjeu est de sortir d’une logique de simple financier pour faciliter cette transition. Un rôle de facilitateur ou d’« empowerer » (amis traducteurs, je reste ouverte aux débats concernant une meilleure traduction du terme « empowering » 🙂 )

Illustration(s)

En rédigeant cet article, je me suis rendue compte qu’en fait nous baignons depuis quelque temps déjà dans le concept d’innovation Jugaad : ainsi, les inventions découvertes dans le projet 1000 pionniers, qui s’est justement clôturé il y a quelques jours, répondent parfaitement à sa définition. Elles ont maintenant besoin d’être diffusées et de trouver les soutiens financiers qui leur permettront d’être diffusées à grande échelle. Si vous ne connaissez pas, je vous invite à lire mon précédent article sur le sujet ou mieux, à retourner sur le site 1000 pionniers pour les découvrir. Vous pouvez aussi découvrir la démonstration (brillante) de l’association américaine Embrace (mentionnée par Navi Radjou lors de la conférence), qui a mis au point des couveuses d’un nouveau genre. La démonstration est .

Convaincu(e)s ? 🙂 Je vous conseille de poursuivre et compléter avec le site des Up Conférences  et aussi de lire le livre de Navi Radjou, « L’innovation Jugaad ». Et je vous invite si vous le souhaitez à poursuivre la discussion sur le sujet, ici ou ailleurs. Bonne exploration !

Les pionniers des berges de Seine

1000 pionniers, c’est d’abord un site Web, sur lequel des personnes du monde entier peuvent s’inscrire afin de présenter leur invention, de la faire connaître et, dans l’idéal, de parvenir à la diffuser à grande échelle. Seule règle : l’invention doit être un produit ou service innovant qui contribue à préserver l’environnement ou à améliorer la vie des gens. En illustration, quelques pionniers présentaient leur invention au grand-public le 21 septembre sur les berges de Seine, vers le Pont de la Concorde. Une journée très enthousiasmante et de belles rencontres en perspective. Petit aperçu non exhaustif 🙂

Berges de Seine

Catégorie Education : Javier Gonzalez, Colombie

Instituteur colombien, Javier González a inventé une méthode d’alphabétisation qui permet d’apprendre à lire et écrire en six mois au lieu d’un an pour les méthodes classiques. Sa méthode inspirée des dominos et des puzzles a déjà été intégrée dans plusieurs programmes scolaires de pays d’Amérique latine, et est actuellement disponible en quatre langues : l’espagnol, le maya, l’anglais et le portugais. Les intérêts de cette méthode : elle peut s’exporter partout. De plus, une fois l’apprentissage de la lecture terminée, les élèves peuvent se concentrer sur d’autres apprentissages.

Prochains objectifs : traduire la méthode en français ; entrer en contact avec des organisations de professeurs, les mieux à même de plébisciter la méthode auprès des instances publiques.

Catégorie santé/solidaire : société Solvatten, Suède

Solvatten est le nom d’une unité portable de traitement de l’eau qui permet, grâce à l’énergie solaire, de traiter 11 litres d’eau en quelques heures pour la rendre potable. D’un aspect très simple, elle est en fait composée d’une matière plastique haute technologie qui exploite les UV du soleil pour traiter l’eau. Cette qualité lui permet d’être utilisable à peu près 10 mois sur 12 dans les pays de l’hémisphère sud, qui constituent potentiellement son premier marché. Actuellement, le prix d’une unité est de 80 dollars.

Prochains objectifs : trouver des entreprises prêtes à investir dans une production à grande échelle. Cet projet présente l’intérêt de pouvoir s’intégrer dans des initiatives de responsabilité sociale ou encore des programmes de compensation des émissions de CO2 des entreprises.

Pour en savoir plus : www.solvatten.se

Catégorie bien-être/solidaire : lunettes universelles, Pays-Bas

Jan Int’Veld a inventé des lunettes universelles : une paire de lunettes en plastique résistant et arborant une molette sur chaque  branche, grâce à laquelle on peut régler la correction de chaque œil. J’ai testé, et même si j’avoue préférer mes lunettes, le résultat était plutôt probant ! D’après leur inventeur, ces lunettes permettent de corriger environ 90 % des problèmes de vue. Leur coût de revient : deux ou trois euros !

Prochain objectif : faire parler de ces lunettes ; trouver des entreprises prêtes à financer la production et la distribution de ces lunettes.

[Mise à jour du 1er novembre 2013] Ce ne sont là que trois exemples de beaux projets qui ont la particularité d’être nés de l’initiative de particuliers et qui, grâce à cette manifestation et au bouche-à-oreilles, espèrent trouver un écho encore plus important et peut-être d’autres soutiens, des autorités publiques et d’entreprises, pour essaimer. Bien d’autres projets passionnants sont en lice pour le prix 1000 pionniers. Fait intéressant, les internautes peuvent voter en ligne jusqu’au 18 novembre pour choisir le projet qui les touche dans chaque catégorie représentée : bien-être et santé, éducation, environnement, solidarité, économie positive, mode, design et architecture. Un prix du public sera remis au projet qui aura recueilli le plus de voix. Je vous recommande donc d’aller sur le site afin de d’en découvrir d’autres. Chaque projet est présenté sous forme d’une vidéo courte très parlante, toujours enthousiasmante. Pour accéder au site, vous pouvez cliquer sur ce lien. À vos votes 🙂

[Mise à jour du 1er novembre] Ca y est, la première partie du concours est terminée et 30 finalistes sont désignés pour remporter le prix final. Vous pouvez les découvrir et voter pour eux sur la page suivante : http://www.newmanity.com/1000-pionniers/home. N’hésitez pas à faire passer l’info 🙂

[Mise à jour février 2016] : Shamengo héberge désormais les pionniers sur cette page. 🙂

Stigo, le scooter pliable

En bonus ; le Stigo, premier scooter pliable présenté lors de la manifestation

En visite dans des centres de coworking parisiens : mon cowotour

En 2012, la région Île-de-France a lancé un grand appel à projets afin de favoriser la création de tiers-lieux dans la région d’ici à la fin 2013. Un tiers-lieux, késako ? C’est simplement le nouveau concept trouvé pour désigner ces lieux où de plus en plus de personnes, actifs indépendants ou salariés, se regroupent pour travailler. En résumé et traduit en bon français, des espaces de coworking ! Le 19 juin, la Fonderie organisait le cowotour: au programme, visite guidée de plusieurs centres de coworking parisiens. En tant que « consommatrice potentielle-veilleuse sur le sujet », j’en étais 🙂

Je m’étais inscrite au tour numéro 4, qui passait par les centres BGE PaRIF, le Labo de l’édition, le Laptop, Studios singuliers et la Citizen Box. Et le lendemain, j’ai profité de la mini-conférence d’Anne-Sophie Novel à Ici Montreuil pour compléter mon tour. J’ai pu discuter avec les responsables de ces six lieux et les visiter. Basiquement, un centre de coworking se définit par trois caractéristiques : un cadre, un esprit, une communauté.

Cadre

Si tous les centres visités sont différents, ils ont tous en commun un cadre plutôt agréable et souvent atypique : première place du classement ex-aequo au Laptop, installé dans une verrière au milieu d’une cour intérieure très fleurie, et à Ici Montreuil et ses entrepôts réaménagés pour accueillir principalement des artisans (dans des ateliers de travail du bois ou de l’acier notamment). Dans un style plus classique, BGE PaRIF et Studios singuliers, qui est installé dans un hôtel d’entreprises mais a l’avantage de pouvoir accueillir plus de monde que le Laptop.

La petite cour du Laptop

La charmante petite cour du Laptop

Le cadre est un peu plus « fun » au Labo de l’édition et à la Citizen Box, mais pour le coup les locaux sont souvent utilisés pour organiser des événements, ce qui n’est pas forcément compatible avec le besoin de travailler au calme… Au Labo de l’édition, il est même conseillé de téléphoner avant de venir pour vérifier qu’il n’y a pas d’événement : un petit moins pour un lieu qui m’a beaucoup plu.

Esprit

Si chacun des centres visités a sa propre identité, tous ont en commun (me semble-t-il) de mettre en avant une envie de partage : bien sûr, ce partage peut se limiter au partage de l’espace… mais ce serait dommage. En général, l’ambiance est plutôt chaleureuse, les coworkeurs se retrouvent dans des espaces prévus à cet effet (pour préserver le calme des espaces de travail) ou lors de rassemblements réguliers. C’est le cas au Laptop et chez Studios singuliers, qui organise les jeudis singuliers.

Au-delà, ces relations peuvent aussi évoluer sur le plan professionnel et donner lieu, pourquoi pas, à des projets communs. C’était l’objectif de Pauline Thomas, la créatrice du Laptop, qui souhaitait dès le départ proposer aux travailleurs plutôt créatifs une complémentarité entre accompagnement et travail ensemble. Des coworkeurs résidents du Laptop ont d’ailleurs déjà collaboré sur des projets communs.  C’est aussi l’objectif du plus jeune Studios singuliers : créer des synergies entre les professionnels afin peut-être de répondre à plusieurs à des appels d’offres et travailler sur des projets communs.

J’ai aussi découvert une autre facette du coworking, le « co-making », où « making » est à prendre au sens manuel, fabrication : en l’occurrence, Ici Montreuil, qui met à la disposition de ses adhérents des ateliers partagés et des boutiques, est un bel exemple. En attendant de voir l’ouverture d’un nouveau centre dédié au co-making, WoMa, dans quelques mois à la Villette.

L'atelier de travail du bois

L’atelier de travail du bois d’ICI Montreuil

Communauté

Jusque là, les centres de coworking, à l’image de La Cantine, étaient plutôt réservés aux créatifs. Et moi de jouer ma Cosette, en me lamentant que je ne trouverais jamais le lieu qui me conviendrait, un lieu qui sans être aseptisé, ne serait pas réservé aux seuls « créatifs » 🙂

J’ai donc été heureusement surprise d’apprendre que le Labo de l’édition, bien que principalement tourné vers les métiers de l’édition de par ses activités (en plus d’être un lieu de coworking, c’est aussi un incubateur pour les jeunes pousses du secteur de l’édition), accueille tous les métiers dans son espace de coworking, tout comme BGE PaRIF et Studios singuliers, qui se veulent multidisciplinaires.

De son côté le Laptop reste dans le domaine créatif, avec l’objectif de développer une communauté design et Web (cela dit en passant, moi aussi j’en fais du Web, mais d’une autre manière disons…). La Citizen Box, qui accueille déjà des artistes, ouvre aussi la porte à des entrepreneurs de tous horizons, même si je trouve son énoncé quelque peu sibyllin  : mutualiser les moyens humains et techniques afin de mettre en place des actions pour transformer l’opportunité du numérique et développer de nouveaux modèles économiques. Hum… Il faudra que j’y retourne pour creuser ça 🙂

La suite ?

Cette demi-journée+soirée (chez Ici Montreuil) a été plutôt fructueuse et m’a convaincue de l’intérêt de chercher sérieusement mon ou mes futurs postes de travail. Je vais commencer par les tester : tous proposent de venir gratuitement travailler une demi-journée ou une journée pour s’imprégner de l’ambiance. A faire !

J’adresse mes remerciements à tous les gens qui m’ont (nous ont) accueilli(e)s les 19 et 20 juin : Pascale Prévot-Boissy, Camille Garnier, Camille Pène, PaulineThomas, Thomas Birault, Nicolas Bard, Grégoire Odou et à l’équipe de la Fonderie. Merci pour votre gentillesse et votre accueil et à bientôt peut-être  !